A

PUBLICATIONS

(2008-2016)

 

2016 : « Exclusio, Exclusio, Exclusio… (Conjurer l’horreur) », dans A. CICCONE (sous la direction de), Violence dans la parentalité – familiale, professionnelle, institutionnelle, sociale, Paris, Dunod.

 

Ce texte est issu des actes d'un colloque qui eu lieu à l'Université Lyon-2 le 25 mars 2015 dont l'intitulé était (déjà) Violences dans la parentalité. Organisé autour du Pr Albert Ciccone, cet événement mettait au cœur de son propos la violence dans le soin et faisait suite au second ouvrage collectif confectionné par ses soins en 2014.

2015c : « Tumulte et charivari à l’interface », dans Psychologues & Psychologies, n°240.

 

Deuxième article, coup sur coup, commandé par Raymonde Samuel pour le bulletin du Syndicat National  des Psychologues, « Tumulte et charivari à l'interface » dit bien, par son titre-même, ce qui semble être son sujet : la litanie du précaire (em)pris(onné) dans l'hypocrisie qui se joue entre le soin et le social. Un peu de colère... des tentations maladroitement lyriques (pour rattraper le coup, mais surtout) pour analyser cette désunion, cette mésalliance, mais alliance qu'en même, entre la psychiatrie et le social. Analyser cela c'est en quelque sorte le rôle et la fonction du psychologue des interstices.

2015b : « De l’engagement dans la clinique », dans Le Journal des Psychologues, n°326.

 

Reprise augmentée de « Ça n'engage que moi.. » paru dans P&P, cet écrit sera accepté et publié (à ma grande surprise - bonne celle-là - mais sûrement maladroitement de ma part) que quelques mois après la sortie de ce dernier. Sa thèse centrale : l'engagement clinique est un engagement politique.

2015a : « Ça n’engage que moi… Quelques réflexions sur le militantisme clinique », dans Psychologues & Psychologies, n°237.

 

2015... et une nouvelle opportunité de témoigner de la pratique en équipe mobile. Paru dans le dossier S'engager, inventer sa pratique du bulletin du Syndicat National des Psychologues : SNP, dossier sous l'égide de Céline de Soa Pedro-Zadigue, cet article tente de dérouler les multiples formes que peut prendre l'engagement auprès (au plus près souvent) des personnes dites sans domicile fixe : SDF. Alors... la neutralité, une forme d'implication ?

2014 : « Les enclaves cloacales du lien. À propos de l’ "Exclusion" (cette gorgone) », dans A. CICCONE (sous le direction de), La violence dans le soin, Paris, Dunod.

 

Pour ce second ouvrage collectif dirigé par Albert Ciccone, le chapitre que nous avons proposé déploie – longuement... très longuement – toute la complexité du problème de ladite "Exclusion" telle que je la rencontrais ces dernières années. Ce texte devait avoir originellement comme sous titre « Addendum au théâtre » afin de souligner les connexions possibles avec « Le théâtre de (la) rue. Errance, inconsolabilité et enclaves cloacales » où la "rue" était envisagée d’abord comme un "lieu" de mise en scène des zones les plus archaïques de la subjectivité, de l’histoire de la rencontre avec l’environnement premier, mais elle se découvrait être également un puissant attracteur/metteur en scène de ces mêmes zones. Il fallait poursuivre la réflexion par un point de vue autre, complémentaire et introductif. De la poursuivre en considérant que la "rue" était avant toute chose une production sociale, au sens où elle engagerait aussi la transsubjectivité et l’intersubjectivité (sans nier la place de la culture), qu’elle est un artefact, un produit de fabrication humaine.

2013 : « La parentalité institutionnelle : une clinique de la précarité », De la précarité à l’exclusion : Quel soutien psychologique ? (dossier), dans Le Journal des Psychologues, n°312.

 

Initialement intitulé « Une parentalité dans la cité – Le psy, le travailleur social, l’équipe mobile psychiatrie-précarité, la veille sociale et l’idée de parentalité institutionnelle » (à ma grande surprise - moins bonne celle-ci - le titre aura mystérieusement changé au moment de la publication), cet article répond à une commande passée par Eric Da Silva pour la constitution d’un dossier dans le Journal des psychologues avec des contributions d’Olivier Douville et de Sylvie Quesemand-Zucca. Bien que paru quelques mois avant la sortie de la Violence dans le soin (deuxième mystère inhérente aux affres temporels de la publication), « La parentalité institutionnelle : une clinique de la précarité » sera écrit à sa suite et reprend pour le développer le dernier sous-chapitre « Des enclaves cloacales du lien… » : « Manifeste pour une parentalité dans la cité ».

2012c : « Le théâtre de (la) rue. Errance, inconsolabilité et enclaves cloacales », dans A. CICCONE (sous la direction de), La part bébé du soi. Approche clinique, Paris, Dunod.

 

En 2012, paraissait le premier ouvrage collectif dirigé par le Pr Albert Ciccone. Ainsi, nous offrait-il l'opportunité, à nous étudiants participants à ses séminaires de doctorat et de formation, de publier chez Dunod cet éditeur cher aux universitaires. "Le théâtre de (la) rue" explore les non-lieux de l'errance, peuplés d'inconsolables, des hommes et des femmes sans institution. Ce chapitre témoigne de ma pratique de "psychologue de rue"... Cet ouvrage avait été pensé comme le pendant clinique de La psychanalyse à l'épreuve du bébé, livre d'Albert Ciccone paru en 2011.

2012b : « Peter l’homme polycrate, et les jeux. Une idiosyncrasie de jeu au service d’un soi grandiose », dans A. CICCONE (sous la direction de), La part bébé du soi. Approche clinique, Paris, Dunod.

 

Écrit encore une fois consacré au Jeu pathologique (après celui de 2009 et de 2005), ce deuxième chapitre de cet ouvrage collectif fait travailler cette fois-ci les "parts bébés du soi" chez un joueur de roulette, de casino.

2012a : « Bichin l’mâtru, de "l’imbécile heureux" au patient interfacien », avec M. POITAU, dans Canal Psy, Hors-série n°4.

"Bichin le'mâtru" est un texte issu des actes d'un colloque qui eut lieu à l'Université Lumière Lyon-2 en février 2011. Troisième colloque des Master 2 Professionnels, cet événement est devenu aujourd'hui un véritable rituel de passage et de transmission entre les jeunes diplômés et leurs anciens maîtres de stage, ou plutôt, à l'époque, le jeune maître de stage que j'étais alors : Re-co-naissance !

 

2011 : « Accueillir l’enfant et sa "parentalité-en-exil-d’elle-même" », avec R. BOYET, dans D. BLANCO (sous la direction de), Être parents ici quand on vient de loin. Regards croisés sur la parentalité en exil, Réseau Samdarra.

Ce petit livret collectif à destination des professionnels et des bénévoles est né des difficultés que pouvaient rencontrer ces derniers dans l'accompagnement des familles en situations d'exil, et par la suite, d'un groupe de travail mené sur deux ans. Ce texte fait écho à "Enfance, migration et précarité" paru deux ans auparavant. Mais peut-être est-il plus authentique dans son propos et moins jargonnant... surtout bien moins défensif.

 

2009 : « Homo addictus, homo ludens – Jeu pathologique et nouveau paradigme », dans Canal Psy, n°87.

Paru dans la revue de l'Institut de Psychologie de l'Université Lyon-2, numéro dédié aux Addictions, cet article reprend (en partie seulement) quelques-uns des éléments d'une recherche qui aura fait l'objet de mon travail de mémoire de Master-2 Recherche en 2005, recherche sous la direction du Pr. Albert Ciccone et du tutorat du Pr. Anne Brun.

2008 : « Enfance, migration et précarité : le lien à l’épreuve de l’exil », avec R. BOYET, dans J. FURTOS (sous la direction de), Les cliniques de la précarité – Contexte social, psychopathologique et dispositifs, Paris, Masson.

 

C’est à l’occasion du rapport présenté par Jean Furtos en 2008, au 106ème Congrès de Psychiatrie et de Neurologie de Langue Française à Bastia, que ce texte verra le jour. Jean Furtos, psychiatre lyonnais et fondateur de l’Observatoire Régional sur la Souffrance Psychique en Rapport avec l'Exclusion - l'ORSPERE, pionnier en la matière -, sollicitera notre équipe afin de pouvoir rendre compte de notre pratique auprès des enfants de parents en situation de demande d’asile... de témoigner de cette précarité-là.

Y

© 2018 par Matthieu Garot. Créé avec Wix.com

  • LinkedIn - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc